Bientôt maman? Guide de survie du premier trimestre

fermer la fenêtre

Vous avez aimé cet article ?
Faites-le connaître et votez pour lui

(0 note) notez cet article
fermer la fenêtre

Vous pouvez noter cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
 
Icone partage sur Facebook Icone partage sur VIADEO Icone partage sur LinkedIn Icone partage sur Myspace Icone partage sur Twitter
Tinka KemptnerPar Tinka Kemptner  le Jeudi 30 Avril 2009 à 00h00

Nausées, fatigue, mal de dos, seins tendus… Pour éviter que ces désagréments ne vous gâchent votre début de grossesse, des solutions simples existent !

Copyright WeledaCopyright Weleda

Les nausées

E-coeu-rée! Jamais ce mot n'a eu autant de sens pour vous. La simple vue d'un oignon vous soulève le cœur, le parfum de votre voisine de bureau vous donne des envies de meurtre, les pièces enfumées se transforment en chambres de torture… Bienvenue dans le club des femmes enceintes… nauséeuses. Toutes n'y entrent pas – seule une grossesse sur deux s'accompagne de ces effets secondaires peu enviables – mais celles qui ont eu ce « privilège » pourraient remplir des romans avec leur vécu. Aucune expérience ne se ressemble : cela va de l'ambiance légèrement vaseuse le matin aux vomissements en rafale en passant par un dégoût généralisé pour le monde. En cause ? Une avalanche d'oestrogènes et de HCG, l'hormone de la grossesse, qui se déverse dans l'organisme dès la fécondation. Certaines y sont plus sensibles que d'autres.

Solutions

Rassurez-vous : dans 80% des cas, ces désagréments s'estompent à la fin du premier trimestre (ils débutent la plupart du temps vers la troisième semaine de grossesse). En attendant, il va falloir adopter des ruses de sioux pour mieux vivre cette période.
- Faites-vous apporter le petit-déjeuner au lit : manger avant de se lever est la parade d'innombrables femmes enceintes ! Privilégiez les petits biscuits secs, les crackers de riz et les infusions au gingembre ou à la camomille. Evitez le café (surtout au lait) et attendez une bonne dizaine de minutes avant de vous lever.

- Mangez toutes les deux heures, en menues quantités, pour éviter les hypoglycémies. Ayez toujours des fruits secs sur vous.

- Misez sur les agrumes : ils peuvent sensiblement diminuer le sentiment d'écoeurement. Pastilles de menthe, eau pétillante ou coca glacé peuvent eux aussi se révéler efficaces. A chacune son astuce !

- Mangez le plus froid possible. Vous ménagerez ainsi votre odorat, hypersensible sous l'effet des oestrogènes.

- Si vous n'avez vraiment pas d'appétit : pour éviter de perdre trop de poids en début de grossesse, essayez de « duper » votre organisme : ajoutez plus d'huile dans votre sauce de salade, saupoudrez vos desserts d'une bonne dose de sucre… C'est permis, voire recommandé !

- Essayez aussi les médecines douces: l'homéopathie (Ipeca 5 H, Ignatia 5 H, Sepia 9 H ou Nux vomica 5 H) peut vous aider. Consultez pour bénéficier du traitement qui vous correspond le mieux. Côté aromathérapie, essayez l'huile essentielle de menthe douce (une goutte sur la langue, après les repas).

- En dernier ressort, il y a toujours les médicaments, mais il n'existe toujours pas de remède miracle. Les antivomitifs sont inefficaces contre les sensations nauséeuses. Quant aux anti-nauséeux, consultez votre médecin. Mais, là encore, il ne s'agit pas de remèdes miracles.

Petits et grands tiraillements

Aïe, ça lance ! Au cours du premier trimestre, votre corps vous réserve souvent des sensations inattendues. Rien de plus normal : l'utérus se gonfle, se redresse et entre dans la cavité abdominale, comprimant au passage les intestins et la vessie voisins. Par ailleurs, les tendons et les ligaments qui maintiennent l'utérus s'étirent sous l'effet des oestrogènes. A la clé : tiraillements et pincements dans le bas du ventre, qui affolent souvent les primipares. Et si c'était le signe d'une grossesse extra-utérine ? Et si c'était une fausse couche ? Mollo !

Solutions

- Si vos douleurs sont sporadiques et/ou surviennent seulement si vous faites des efforts, inutile de vous affoler. Dans ce cas, la prescription est simple : reposez-vous et réclamez des massages relaxants au futur papa !

- Demandez-vous si vous faites le plein de vitamines. Les douleurs ligamentaires peuvent aussi traduire des carences vitaminiques. Consultez votre médecin, il vous prescrira peut-être des compléments. Sachez que les femmes qui manquent de vitamine C ont un risque plus élevé d'accouchement prématuré.

- Dans tous les cas, ne vous focalisez pas sur les moindres remous dans votre corps. Plus vous y prêterez attention, et plus ils prendront de l'importance. Cela vaut aussi pour les nausées !

Les soucis de digestion

Votre bébé prend ses quartiers dans l'utérus et du coup vos intestins se retrouvent à l'étroit, ce qui ne facilite pas le transit. Pour ne rien arranger, le taux élevé de progestérone rend votre appareil digestif un brin fainéant. Résultat : lourdeurs après les repas, ballonnements et constipation. Une perspective qui guette près d'une future maman sur trois…

Solutions

- Il va falloir vite réveiller ces intestins qui tournent au ralenti : la constipation favorise l'apparition des hémorroïdes ! Optez pour des aliments riches en fibres et qui évitent les ballonnements : fruits et légumes frais, pain complet, figues séchées, pruneaux… accompagné d'eau minérale chargée en magnesium (type Vittel ou Hépar)

- Si vous allez à la selle moins de deux fois par semaine, passez aux laxatifs doux comme les suppositoires d'huile de paraffine et les granulés végétaux. N'avalez jamais de laxatifs comme le Sorbitol® ou le Transilane® sans l'avis de votre médecin !

- Pensez aussi à la phythothérapie : l'extrait de pissenlit, sous forme d'ampoules, peut s'avérer un précieux allié. Si accompagné d'aérophagie, préférez les gélules de fenouil.

- Enfin, marchez, marchez, marchez : plus vous bougerez, plus votre intestin bougera lui aussi. Et n'oubliez pas de prendre le temps de bien respirer. Une bonne respiration stimulera votre digestion.

Les coups de pompe

A la fin de la journée de travail, vous avez l'impression d'avoir couru un marathon ? Vos week-ends se passent sous le signe de Morphée ? Non, vous n'avez pas été piquée par une mouche tsé-tsé. Baisses de régime et somnolence font souvent partie du package du 1er trimestre. Olivia Toja, auteure de « Maman débutante » (Editons First) en sait quelque chose : « Alors que j'étais censée travailler sur un dossier important, j'ai senti le sommeil m'envahir et je me suis littéralement endormie sur le clavier de mon ordinateur. La tête de mon directeur quand il a ouvert la porte ! » La faute à qui ? A la progestérone qui abonde dans votre organisme, pardi ! Cette hormone influe sur le système nerveux, inutile de lutter.

Solutions


- Dormez ! C'est peut-être la seule fois dans votre vie où vous pourrez laisser libre cours à la marmotte qui sommeille en vous. C'est pour le bien de bébé. Donc, dès que la fatigue vous envahit, direction le lit le plus proche (excepté au bureau…). Maintenez la température de votre chambre à 19° maxi pour un sommeil plus revigorant.

- Dopez-vous "nature"! La croissance de l'embryon puise dans vos réserves de fer et de vitamine C, ce qui a tendance à vous fatiguer encore davantage. Offrez-vous une cure de jus d'argousier 100% bio (Weleda), riche en vitamine C naturelle : elle favorisera l'assimilation du fer.

- Enfin, branchez un diffuseur d'arômes avec des huiles essentielles toniques : romarin, menthe, cannelle… Ça sent bon et ça réveille.

Seins tendus et douloureux

Passer du 90B au 100C en l'espace de quelques semaines n'est pas vraiment une punition. Oui mais. C'est sans compter avec ces petits effets secondaires qui rendent la situation parfois un peu tendue. Car la recrue des seins (en moyenne, une femme enceinte prend une taille et un à deux bonnets sous l'effet des hormones de grossesse) s'accompagne volontiers de picotements et de tiraillements. Dès le début, les seins deviennent plus fragiles, ils se gonflent et se tendent, la peau devient plus transparente et laisse voir les réseaux veineux. C'est que cette opulence présage déjà de la nouvelle fonction de vos seins : ils se préparent à produire du lait!

Solutions


- Chouchoutez votre poitrine en optant pour un bon soutien gorge, y compris la nuit si vos seins sont très tendus. Un bon modèle se caractérise par de profonds bonnets qui séparent bien les seins et les enveloppent sans les comprimer.

- Vos seins s'irritent facilement ? Optez pour un soutien-gorge en coton. Et changez de taille à chaque trimestre.

- Si les picotements au niveau des mamelons sont importants, appliquez des compresses imbibées d'une infusion tiède à la camomille. Effet calmant garanti. Vous pouvez aussi masser vos seins délicatement avec de l'huile d'amande douce.

SOS mal de dos

Le mal de dos peut apparaître dès le premier trimestre, bien avant que votre ventre n'affiche ses rondeurs. Votre cambrure s'accentue et votre centre de gravité se déplace sous l'effet de l'utérus qui grandit. Prenez les devants, avec ces trois mini exercices, à pratiquer n'importe où, n'importe quand.

- Allongée sur le dos, attrapez vos genoux avec les mains. Ramenez-les en expirant vers la poitrine. Votre dos s'étire agréablement et votre bassin se décambre.

- Pour contrebalancer votre cambrure du dos, basculez plusieurs fois par jour le pubis vers le haut.

- Etirez-vous comme les chats, à quatre pattes pour dénouer toutes les petites tensions accumulées pendant la journée.

ce qu'elles en pensent

_
 
 
Retour en haut de page

Partenaires

flechePublicité

Sélection shopping

"; } ?>

Recettes pour Noël

Recette buche

Recette buche

8 personnes 20 minutes

Recette canard

Recette canard

6 personnes 25 minutes

Recette buche

Recette chapon

6 personnes 15 minutes

Recette buche

Recette vin chaud

6 personnes 5 minutes

Partenaires

flechePublicité